La guerre des sexes

La lutte entre le féminin et le masculin dans notre société.

Depuis maintenant des décennies, voire des siècles, nous pouvons avoir l'impression d'assister à une opposition féminin-masculin dans nombre de domaines. Il serait vain de vouloir les énoncer tous. Il peut être intéressant d'en comprendre les mécanismes à travers la notion yang-yin.

Et voilà ! c'est lâché ! certains(es) se disent déjà que je vous ai balancé deux grosses énormités en une seule phrase.

La première : yang-yin. Pourquoi pas "yin et yang" ou "yang et yin" ?

Simplement ?
Parce qu'on ne peut parler de l'un sans l'autre , ni inversement. Rien n'est totalement divisé. Rien n'est totalement yin, rien n'est totalement yang. Il y a toujours les deux en proportions "relatives". Ainsi la femme est plutôt yin, et l'homme plutôt yang. Donc l'homme n'est pas yang et la femme n'est pas yin.

La deuxième : pourquoi yang-yin et pas yin-yang ?

pourquoi le yang d'abord, et le yin ensuite ?

Parce que le ciel, Yang, naît d'abord et bien avant la Terre, Yin. Il est dit dans les classiques : "la vigueur du Ciel descend et frappe la Terre, qui dans sa "douceur malléable, s'écarte pour l'accueillir en son sein. De leur union naissent les deux souffles (incarnés) yang-yin qui en s'unissant génèrent les innombrables espèces". (les 10000 êtres). Donc yang d'abord et yin ensuite. Du non-manifesté (yang) vers le plus tangible (yin). On parle de souffles, autrement dit d'énergies, de Qi, donc de mouvements, pas de femme ni d'homme.
Revenons à nos moutons !

Opposition des sexes

Pensez à tous ces clivages, ces interdictions sexistes (dans un sens comme dans l'autre), ces excitations, ces exhortations, ces manigances, ces manipulations, ces tentatives vaines de prises de pouvoir, qui sont délétères pour nos couples, nos familles, nos relations, nos sociétés, sur la base de cette opposition de sexe.

Nous en arrivons à déplorer la"montée" du sexe pour le sexe. (sexualité s'entend)
Peut-être qu'il n'y a plus que là où l'union soit possible dans certains cas ?
Quelques secondes de plaisir au milieu d'une tourmente quasi continuelle.

Comment cette lutte des sexes peut-elle prendre racine ?

Jusqu'au faut-il remonter pour saisir une bribe de racine de cette lutte pour le pouvoir, la suprématie d'un des genres de l'être humain ?

Posons-nous la question : "Quel est un des plus grands pouvoirs sinon celui de donner la vie ? transmettre la vie ?  ... de manifester la vie ? le pouvoir créateur ou "procréateur" ? Dans notre civilisation judéo-chrétienne, seul Dieu donne la Vie.

Mais voilà, JJ Goldmann est passé par là, et "elle a fait un bébé toute seule". La femme peut maintenant se passer de l'homme pour donner la vie. Encore un coup bas dans la puissance de l'homme. Ouille !

Les frustrations

A l'origine, à l'état naturel des choses, seule l'union d'une femme et d'un homme, à un instant précis (la période d'ovulation de la femme), peut donner lieu à un processus de procréation. La femme a ses périodes. Plutôt yin, elle est liée au temps. L'homme lui en a aussi, ... mais tout le temps ! Plutôt yang, il est lié à l'action. D'où ces frustrations possibles de part et d'autres, liées à la difficulté de se rencontrer. Avec à la fin des rancœurs, des rancunes, des vengeances, des prises de distances, des recherches de solutions alternatives (adultère, polygamie, fuite, désengagement plus ou moins total, renoncement, abnégation, résignation, etc.)
Les anciennes générations disaient "l'homme propose, la femme dispose !"  Donc l'homme peut se sentir à la merci de la femme. Bien qu'avant, à la période féodale, on disait "ce que le Roi veut, Dieu le veut !" Donc la femme pouvait se sentir à la merci de l'homme. Les choses ont elles changé, évolué ? C'est selon la vision de chacun(e).

Bref, sans les éprouvettes, le consensus restait de mise. L'homme et la femme devaient se mettre d'accord.  mais maintenant ... aïe !

Dominé ou être dominé ?

A l'époque où nous vivons, il est moins "tendance" d'être masculin dominant. Le politiquement correct, la demande des "mouvements féministes" représentatifs, la grande mode du "développement personnel", la banalisation de la psychologie de comptoir, entre autres, en sont majoritairement responsables, sans parler des volontés gouvernementales de prôner la parité. En tous cas, tout homme qui se fait prendre a de grandes chances de se voir puni sinon fustigé. "Pauvre mâle dominant dominé !" Ouin !

Comment séduire ?

Dans ces considérations de progrès, l'homme s'est parfois "dé-brut-alisé", un peu dégrossi voire affiné sinon raffiné. Parfois trop. Ces dames voulaient se faire respecter et être égales dans le pouvoir de décision (au quotidien), pas que l'homme bascule dans la féminité. Le mâle viril aurait-il chuté de son piédestal et ne ferait-il plus fantasmer ?

Étant amenés à voyager régulièrement dans le cadre professionnel, nous avons rencontré dans différents pays, des comportements très différents dans la relation mixte.

En Norvège par exemple, lors d'une formation, les femmes se sont plaintes que les hommes ne prennent plus l'initiative, ce sont elles qui l'assument. Elles ont dit "les Norvégiens ont des petites boules". Ils se laissent "driver" par leur copine ou épouse et sortent entre hommes pour être peinards, et les filles vont ensemble de leur côté". Quelle rencontre !

En Chine, hors des grandes villes, nous avons pu voir la femme vraiment et totalement égale de l'homme. Tous les métiers lui sont ouverts. Mais avec les mêmes exigences que pour les hommes. Les 2 genres se taquinent mutuellement, chahutent gaiement, et surtout se respectent. Les femmes répondent sur le même ton que l'homme, tant verbalement que physiquement. Qui s'y frotte s'y pique !
Dans les villes, dans le milieu des affaires, elles sont agressives, conquérantes, et ont la possibilité de manifester leur "yang" de la même manière qu'un occidental le ferait. Elles savent ce qu'elles attendent d'un homme au quotidien et savent parfaitement l'exprimer. C'est clair, net et carré.
Revenons à nos moutons.

Action réaction

Après ces pertes successives de pouvoir dans la relation, comment pourrait-on voir réagir notre homme intérieur, sinon "homme d'intérieur" ?

Nous avons vu qu'il peut ressentir de la perte de pouvoir de création, de pouvoir de séduction, de pouvoir d'action, alors comment pourrait-il inverser la tendance, tout au moins rééquilibrer les choses ?

Au plus haut niveau, la politique. La majeure partie des lois qui sont votées le sont par des hommes dans leur état d'esprit. La politique a longtemps évincé (et continue d'évincer) et discrédité le féminin au pouvoir.

Au niveau scientifique, les femmes sont très peu reconnues et valorisées. Il est rare de trouver des maîtres de recherche "femmes".

Dans les affaires, dans le milieu professionnel, avec le fameux "plafond de verre", on limite la progression sociale et professionnelle des femmes. "Si on arrivait à les dégoûter du boulot, elle retourneraient à leurs casseroles" a t-on pu entendre. Les grosses boites sont généralement dirigées par des hommes.

Mais là où l'homme a resserré la corde autour du cou de la femme, c'est dans le contrôle de la naissance. Le pouvoir politique, législatif, associé au pouvoir scientifique a réussi à faire croire les deux choses les plus importantes pour les dominer :

  1. Elles seraient incapables de gérer leur grossesse seules et encore moins leur accouchement. Elles ont donc obligation de venir accoucher en clinique sous la présence l'absence d'un obstétricien. Or, la naissance dans la majeure partie du globe est confiée aux femmes elles-mêmes car leur corps lié à la Terre, sent, ressent instinctivement ce qu'il faut faire au moment où le faire. L'OMS (organisation Mondiale de la Santé) a d'ailleurs publié un rapport sur le fait que 93% des accidents autour de la natalité étaient dus aux "effets iatrogènes" du milieu hospitalier. Le tour de force est qu'en milieu hospitalier justement, sous les ordres du médecin accoucheur, on trouve essentiellement des ... femmes ... qui participent en complicité à l'élimination de leur pouvoir créateur.
  2. Pour des raisons d'abord financièrement juteuses, on a réussi à faire croire aux femmes que leur lait maternel était insuffisant ou inadéquat pour leur enfant, et qu'il faut lui administrer un résidu lacté passé par les limbes d'usines inhumaines et surtout bien stériles (dans tous les sens du terme). Ce qui est faux puisqu'un autre récent rapport de l'OMS préconise l'allaitement maternel, avec même des accompagnements proposés par des ONG internationales.

Imaginez ! vous êtes une femme. Vous en êtes amenée à penser que votre capacité à donner la vie est un danger pour votre progéniture et que vous êtes incapable de le nourrir tel que la Nature, la Vie l'a prévu, organisé, défini. (comment les femmes ont-elles fait pour arriver à donner naissance à tant d'enfants dans le monde depuis autant de siècles auparavant et à les nourrir ?)

Comment dans ce cas, en étant une femme, pourrait-on avoir confiance en soi ?
Après s'être vue de manière religieusement superstitieuse taxée de ne pas avoir d'âme, d'être inférieure à l'homme, accusée de sorcellerie (rappelez-vous l'inquisition, le plus souvent l'homme est envoûté par une sorcière, rarement l'inverse), privée de droit fondamentaux, privée du droit de travailler sans accord écrit de son mari, privée de compte en banque dans les mêmes conditions, privée du droit de vote jusqu'à récemment, comment peut-on imaginer voir un être vivant accepter et se résigner à ce point, sans fomenter une action de révolte dirigée contre la gente masculine, voire utiliser les mêmes stratégies guerrières ?

Quête du pouvoir avec refus d'alternance

Si chacun reste campé sur ses positions, la guerre est vite déclarée, tout au moins une fin de non-recevoir. Ce que femme veut, l'homme lui refuse. Ce que l'homme veut, la femme lui refusera. Qui sera le/la plus intelligent(e) pour céder un pouce de terrain, sans céder aux extrêmes ?

Quelle solution à la guerre des sexes ?

Revenons-en au Tao et à l'alternance yang/yin. Pourquoi le yin croit ? Le yin ne croit que parce que le yin fait d'abord la place au yang. Celui-ci a tout le loisir de s'expanser au maximum. A son apogée, il ne peut que laisser la place au yin pour que ce dernier s'expanse à son tour.Et ainsi de suite. Ainsi il n'y a pas de lutte entre les 2 forces naturelles, elles se succèdent mutuellement. En médecine énergétique chinoise, on dit que quand il y a lutte entre le yin et le yang, le corps est malade. Que s'il arrive qu'ils se séparent, c'est la mort qui survient. Et si chacun acceptait de laisser la place à l'autre tout en incluant l'autre systématiquement ?

Au niveau de la naissance, les femmes peuvent-elles inclure systématiquement leur compagnon, lui dire qu'elle ont confiance en lui pour les accompagner ?

Peut-on laisser les femmes accoucher où elles le souhaitent, quand elles le souhaitent, avec qui elles le souhaitent, et surtout dans la position qui leur convient ?

Les laisser alimenter leur enfant comme elle le sentent ?

En privé, si une femmes trouve son "mec" trop féminisé, "plus assez couillu", pourrait-elle lui laisser le temps de découvrir cette expérience de la féminité, le temps de trouver un juste équilibre, sans sanctionner trop vite ?

En politique, pourrait-on écouter les vraies femmes (pas celles qui agissent comme le pire des hommes) nous dirent comment elles voient le monde et comment elles pensent l'améliorer ?

Dans les affaires, ne pourrait-on pas cultiver l'art du Bon Business réciproque qui prend soin de chacune des parties, sans l'aspect prédateur masculin, grâce à la présence des femmes à un niveau  de décision et d'influence égal à celui de l'homme ?

Si chaque sexe avait enfin confiance en l'autre, il arriverait à avoir confiance en lui-même et en la vie.

Si au lieu d'exploiter les faiblesses de l'autre, on le soutenait,est-ce que la peur et l'angoisse ne disparaîtraient pas de la vie ?

Et si nous construisions un monde non pas basé sur la compétition et l'affrontement mais sur la coopération ? non pas sur l'affaiblissement de l'autre mais plutôt sur la synergie ?

Rappelons-nous la théorie des espèces : ce ne sont pas les plus forts ni les plus intelligents qui survivent, mais ceux qui s'adaptent le mieux.

Nous pouvons penser que s'adapter c'est coopérer. Il n'y a rien à attendre des grands groupes, ni des pouvoirs politiques. C'est à nous, à vous, dans le quotidien de penser à se mettre en retrait, faire la place à l'autre, l'écouter, et parfois lâcher-prise de nos peurs, et oser l'impensable : laisser faire l'autre à sa manière et voir où ça va.

C'est là que nous pouvons changer le monde, en balayant devant notre porte.

Merci de votre lecture et bonne journée.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.